En ce samedi 15 Juillet, direction le Poitou pour la 7ème manche de coupe de France DN1. Une manche particulière pour nos Erbatons puisque, pointée à la seconde place du classement général, l’équipe avait à cœur de regagner cette 1ère place sans pour autant en faire une priorité.

Au programme, 183.7km dont 3 tours d’un circuit final de 7.6km.

À l’attaque

12h15, c’est parti pour une journée de vélo sous le soleil !

 

Ça roule vite au sein du peloton ! Les attaques fusent à l’avant mais derrière la réaction est immédiate.

 

Cinq coureurs vont tenter leur chance et créeront LA première échappée du jour qui prendra jusqu’à 1min30 d’avance sur le peloton où figure Rémi Aubert.

 

Derrière, des contres se forment avec dans chaque coup, un ou plusieurs coureurs d’Étupes qui ont bien compris qu’il fallait être à l’avant de la course et que le travail d’équipe fera leur force.

 

Les kilomètres passent, le peloton n’abdique pas et les Erbatons non plus… Attaques sur attaques nos cyclistes sont dans les bons coups !

 

Arrivés sur le circuit final un nouveau groupe sort et Rémi Aubert ne loupe pas cette occasion de retourner une nouvelle fois à l’avant. De ce groupe, un homme sort en tête dans le dernier tour. Le rythme est élevé, notre grimpeur n’arrive plus a suivre…

cc etupes cyclisme route nutrisens sport

Mais c’était sans compter sur Alexys Brunel. Le jeune espoir tente à son tour sa chance et part seul à 2 kilomètres de l’arrivée. Une tentative qui lui vaudra la 2ème place de l’épreuve et le maillot du meilleur jeune.

 

La journée à l’avant pour Rémi Aubert sera récompensée par le titre de plus combatif du jour.

 

Pour finir en beauté le CC Étupes obtient l’honneur de meilleure équipe et regagne la tête du classement par équipe des DN1 accusant une avance de 21 points sur la seconde.

 

Jérôme Gannat : « On était parti dans l’optique de viser le podium, sans marquer les équipes autour de nous au classement. On sait que, même s’il reste deux manches, la route est encore longue… Surtout au vu de la prochaine manche de Coupe de France qui est la Piste. On part avec un petit désavantage là-bas. En plus, Marc Downey notre spécialiste de la discipline, sera peut-être absent à cause d’une sélection en équipe nationale d’Irlande aux Championnats d’Europe. C’est dommage que ces championnats tombent en même temps que cette manche sur piste. C’est pareil avec la sélection d’Alexys Brunel. Le point positif est que cela nous permettra quand-même de marquer des points de sélection. »

 

Nos coureurs ont un beau programme de prévu cet été, bien que le calendrier soit en peu spécial. En effet le Tour Alsace sera en concurrence avec le Championnat de France de l’Avenir.

 

Pierre Idjouadiene sera aux Jeux de la Francophonie, Alexys Brunel ne participera qu’au chrono car c’est à 3 jours du Championnat d’Europe, Rémi Aubert ira probablement au Tour Alsace, Quentin Simon est en coupure en prévision de sa saison de Cyclo-cross… Nous n’aurons donc que 2 coureurs (Paul Sauvage et Arnaud Pfrimmer) au départ des Championnats de France de l’Avenir, une première depuis 15 ans…

 

Et ça continue le dimanche

Puisqu’un succès en appelle un autre, le lendemain, après un retour en terre franc-comtoise, Pierre Idjouadiene s’impose sur le Prix du Jura Nord à Fraisans, en effectuant les 50 derniers kilomètres en solitaire. Derrière lui Arnaud Pfrimmer termine troisième et Paul Sauvage quatrième.

 

Pierre Idjouadiène (CC Étupes) a choisi l’offensive et le panache, effectuant les cinquante derniers kilomètres seul en tête. Dés le début notre équipe s’est montrée très dynamique avec Remi Aubert qui, comme la veille, a attaqué avant de se faire reprendre vingt kilomètres plus tard par un groupe ou figurait Pierre.

 

Se retrouvant dans un groupe de 18 coureurs, notre sprinteur décide d’accélérer avant la mi-course et emmène avec lui Matthieu Garnier, aussi coureur au CC Étupes.

cc etupes cyclisme route nutrisens sport

Les kilomètres passent et les efforts commencent à peser pour Pierre qui se rend compte que la collaboration dans le groupe de tête devient compliqué.

 

C’est après avoir relancé et appuyé sur les pédales que l’Erbaton s’est lancé dans son effort solitaire de 50 bornes.

 

La chaleur, le vent et la bosse d’arrivée n’ont pas suffit à freiner ni à réduire son dynamisme il terminera avec une avance de près de 3 minutes !

 

« On est rentrés à une heure du matin de la manche de DN1, mais j’encaisse bien et j’avais tout fait pour bien récupérer.  » Explique Pierre Idjouadiène. « J’ai raté le premier coup et j’ai dû faire un effort pour rentrer sur la tête. Au début, dans l’échappée de 4, on s’est bien entendu puis, au bout de 2 tours ça a commencé à être poussif. Les autres ne passaient plus de façon régulière et appuyée, c’est là que je décide de partir. Mais je dois reconnaître que le final m’a semblé long et que j’avais hâte d’arriver.