Le triathlon longue distance c’est encore plus de nage, de pédalage et de foulées. Aujourd’hui nous rencontrons Romain Serveaux qui aime bien enchaîner tout ça !

Bonjour Romain, commençons par les présentations. Que peux-tu nous dire sur toi ?

Bonjour, j’ai 31 ans et suis pompier professionnel dans la vie active.
Marié dans quelques semaines, je suis l’heureux papa de jumeaux de 6 ans.

Tu pratiques donc le triathlon. Depuis quand et qu’est-ce qui t’as amené sur ce sport ?

Passionné de sport, je suis passé par tous les sports avant d’arriver, sur le tard, au triathlon.
Lors de mes débuts en triathlon, je voyais plus cela comme un défi sportif avec, dans un coin de ma tête, le rêve de faire un Ironman un jour ! Puis je me suis pris au jeu, au jeu de la compétition, de l’entraînement et du dépassement de soi.

nutrisens sport nutrion sportive romain serveaux triathlon longue distance ironman

Nager, pédaler ou courir, où es-tu le plus à l’aise ?

Ayant débuté à 25 ans le triathlon, je n’avais jamais vraiment nagé en mode compétition. Cette discipline étant très technique je dirais que cela reste mon point faible.
Le vélo j’ai toujours aimé cet effort et les heures d’entraînements qui vont avec. Mes quelques années d’expériences me permettent d’être de plus en plus performant, bien que cela soit l’axe principal de travail pour mes deux prochaines saisons.
La course a pied est donc mon point fort .

Tu as l’air d’aimer les longues distances, pourquoi ?

Sur les longues distances l’effort est différent et vraiment solitaire. Au delà de la force physique le mental fait également parti de l’effort et c’est ce qu’il me plaît.
Et aussi tout simplement parce que je vieillis et que le « court » est plus pour le développement de la vitesse et donc pour les jeunes.

Il me semble que tu es déjà monté sur quelques podiums, quel est ton palmarès ?

J’ai eu la chance de faire quelques bons résultats en 2016, je termine 3eme dans ma catégorie au championnat d’Europe d’Ironman a Frankfurt et obtient par la même occasion ma qualification pour le championnat du monde a Hawaï où je termine 20eme .
J’ai également terminé 3eme des championnats de France de duathlon longue distance, ainsi que 3eme sur les half-ironman de Vichy et de Barcelone en mai 2017.

Et tes prochains objectifs ?

Mon prochain objectif sera le triathlon longue distance de Cublize puis fin août avec le half-ironman de Vichy.
Pour voir un peu plus loin :
2018, Ironman de Vichy et certainement un autre Ironman à définir avec le coach ainsi que le championnat du monde d’half-ironman en Afrique du sud si j’ai la chance de m’y qualifier.
2019 c’est encore loin, mais j’ai envie de retourner à Hawaï plus fort qu’en 2016 !

nutrisens sport nutrion sportive romain serveaux triathlon longue distance ironman

Pour te préparer à tout ça, qu’est ce que ça donne niveau volume d’entraînement ?

Cette année 2017 est une année de transition pour moi. Après 2 ans de découverte du longue distance et une saison 2016 bien remplie, j’avais besoin de souffler et j’ai donc repris l’entraînement tardivement après un hiver consacré a la course a pied.
Point de vue volume, la phase hivernal avoisinait les 12h hebdomadaire pour arriver en pleine saison entre 20 et 25h par semaine avec des pics a plus de 35h lors de stages.

Tu connais bien nos produits, lesquels conseillerais-tu aux personnes qui comme toi pratiquent le triathlon ?

Pour ce qui est de la nutrition je me suis orienté vers Nutrisens Sport pour leur sérieux et la qualité de leurs produits. J’ai également des allergies alimentaires et la gamme sans gluten est assez variée et surtout très bonne.

 

Coté conseil : le premier, qui est a mes yeux le plus important, est d’utiliser les produits qui vous conviennent et pour cela il faut goûter, ne pas hésiter à tester différentes choses et surtout, le faire avant les compétitions.
L’alimentation fait partie de l’entraînement et n’est pas à négliger.

De mon coté j’utilise régulièrement au petit déjeuner le Compétition Pro Chocolat. Je le mélange avec du fromage blanc et quelques céréales : un régal ! Les matins de compétitions j’y associe un Gâteau énergétique aux fruits rouges (toujours sans gluten).

 

Avant et pendant l’effort j’utilise la boisson énergétique Pro Dextro Neutre. J’utilise le goût « neutre » dans un souci de ne pas boire de sucré pour ne pas trop vite m’en écœurer.
J’utilise également les barres énergétiques 9 BAR Fruité.

 

Pour la récupération je prends les boissons Récupération Pro ou Speed Recup Cactus/Citron-vert (bienvenue lorsqu’il fait chaud).

 

Un conseil essayez, goûtez, vous adopterez !

Où peut-on suivre tes exploits ?

Je vous invite a me suivre sur ma page Facebook Romain Serveaux triathlète.