Pour la seconde année consécutive, je me suis rendu à Saint Jean de Monts en Vendée (85) pour ce trail dont j’avais affronté le tracé de 25km l’an passé.

Cette fois, j’ai décidé de m’attaquer au format long proposé et de valider un palier de travail suite aux bonnes sensations sur la Spartan Race Circuit Paul Ricard un mois auparavant.

Pour une fois, je suis assez en avance pour m’équiper et retirer mon dossard sereinement. Le gilet d’hydratation est bien rempli avec 1L d’eau, 300ml de boisson Naturium Poulet-Curry, 2 Jelly Bar et 2 gels.

L’enfer du samedi soir

15h, l’heure du départ a sonné ! Sur les 15 premiers kilomètres bouclés en 1H35, les jambes tournent bien malgré les nombreux passages de dunes, plage, petites côtes mais je me rends compte que je manque d’énergie et d’explosivité.

J’attaque la deuxième boucle de 15km et rapidement le genou droit fait des siennes. La température se rafraîchit et je commence à vraiment subir. J’arriverai au seul à l’unique ravitaillement placé au 30ème à 18h50 soit 2h15 à court d’eau.

On m’informe directement que je suis à 10 minutes de la barrière horaire et que, si je veux reparti, il ne faut pas traîner. De toute façon, il ne reste pas grand chose donc j’avale 2 brioches, 3/4 morceaux de fromages, un demi litre de Cola de mauvaise qualité et je repars. J’ai refais le plein d’eau et il me reste la boisson Naturium + les 2 gels pour boucler la fin.

La question ne se pose pas, il faut finir et, à force de compenser, les deux genoux finissent par bloquer. Je n’avance presque plus, je suis avant-dernier de la course mais qu’importe ! Ça se finira au mental.

La fin de course sera glaciale mais je prends le temps de remercier chaque bénévole que je croise car je sais qu’ils attendent impatiemment qu’avec le dernier nous soyons passés pour rentrer au chaud.

Le dernier 15km sera bouclé en 2h16 pour un total de course de 6h16.

Railight Vendée Trail 2018 Arnaud Nutrisens Sport

Mon bilan en 7 points

Vous vous demandez si je tire quelque chose de positif de cette galère ? Eh bien :

  1. Personne ne m’a forcé à y aller alors j’assume !
  2. Je n’ai sûrement pas été assez sérieux sur la préparation alimentaire les 10 jours précédents.
  3. J’ai la confirmation que tant que je ne me heurte pas à une barrière horaire, je suis capable de déconnecter le cerveau et de continuer à avancer.
  4. C’ÉTAIT MON PREMIER TRAIL-MARATHON ET C’EST PAS RIEN !!!
  5. Il faut que je travaille encore en endurance, ce n’est pas une surprise mais je sais où aller maintenant.
  6. J’ai goûté et adoré les Jelly Bar Nutrisens, franchement c’est top alors faites-vous plaisir !
  7. On rencontre toujours des gens sympa et bon courage à toi camarade inconnu qui venait préparer la SaintéLyon 🙂