« Un corps faible commande, un corps fort obéit. »


Le choix des deux candidats a-t-il été délicat ?

Oui, le choix a été difficile au sein du comité d’experts, car les 10 finalistes avaient des prédispositions et un niveau sportif très élevé. Il a fallu affiner encore les critères pour choisir.


Quels ont été justement ces critères pris en compte pour la sélection ?

Nous avons apprécié la spontanéité de Morgane et sa vision très simple du trail. Et avec Nicolas, ce sont deux personnes qui acceptent de se remettre en question, notamment sur leurs entrainements. Ils ont un esprit très ouvert.
L’affinité avec les candidats a été également un critère de choix. On va passer du temps ensemble, il faut que le courant passe bien.


Comment va se dérouler désormais la préparation des deux candidats ?

Grâce au challenge, ils vont rentrer dans la peau de sportifs de haut niveau avec l’ensemble du dispositif : François D’Haene, Marine, la nutritionniste, l’ostéopathe et moi-même. Pendant près d’un an, ils vont évoluer entre les mains d’experts.
L’objectif de cette préparation est d’emmener l’être humain au centre du programme. La priorité, dans la première phase de leur préparation, sera d’éviter les blessures. Tout au long de ces 12 mois, je veillerai au travail de renforcement musculaire général puis spécifique. Progressivement, les entrainements s’intensifieront avec François D’Haene, pour repousser leurs limites. Ils effectueront aussi des courses intermédiaires afin d’évaluer leurs capacités. On abordera également la technique de la course et sa stratégie quelques semaines avant le départ.
Nous travaillerons également la préparation mentale. La sophrologie et la méditation seront au programme.


Quels sont les pièges à éviter ?

Pour avoir beaucoup échangé avec des participants de la diagonale des fous, je me suis aperçu que le renforcement musculaire pouvait faire défaut, notamment au niveau de la sangle abdominale. On pense haut et bas du corps, et on oublie le centre. Hors cette liaison qui soutient également la colonne vertébrale doit être solide. Je prévois donc beaucoup de gainage, notamment du plancher pelvien.


Quelles seront leurs ambitions sur la ligne de départ ?

La priorité est bien évidemment de les faire terminer dans de bonnes conditions, mais ça, ils vont y arriver, grâce au challenge Nutrisens.
Il me paraît important également de se donner des objectifs. On travaillera sur 2 motivations. La première, extrinsèque, liée à l’exploit sportif. On vise un résultat, un temps, une place. La deuxième, intrinsèque, liée davantage à un combat personnel. Pour qui je cours ? pour moi, ma famille, mes amis, une association…? Ces deux motivations se relayeront pendant les moments difficiles de la course lorsqu’il faudra aller chercher dans ses réserves physiques et mentales.

CPetagna